Eh bien cherchez maintenant – Sciences sociales & Création

Une émission mensuelle construite avec Focus, le Salon des écritures alternatives en sciences sociales.

Pour faire entendre les voix des chercheur.ses et s’interroger sur leurs pratiques de recherche et création.

 

Épisode 8

Plongée au cœur de l’atelier « Regards croisés » du Salon Focus. Que se passe-t-il lorsque le monde de la recherche rencontre celui de la création? Qu’ont-ils à se dire et à s’apprendre, quels nouveaux imaginaires s’ouvrent à la croisée de leurs pratiques ? Vous le découvrirez en écoutant cette émission qui plonge au cœur d’un des ateliers proposés par le Salon Focus 2022. Avec:

  • Anaïs Trousselle et Itane Lacrampe-Camus, géographes, chercheuses associées à l’UMR ART-Dev à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, co-fondatrices de Narrau 
  • Hanan Sfalti, doctorante en anthropologie sociale et historique à l’Université Toulouse II Jean Jaurès
  • Yves Robic, réalisateur radio, producteur et co-directeur éditorial de la revue sonore Le Grain des Choses
  • Bénédicte Barillé, responsable de production audiovisuelle à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
  • Simon Garrette, ingénieur des systèmes et techniques du son au Centre de Recherches sur les Arts et le Langage (EHESS/CNRS)
  • Ariane Guy, coordinatrice du Salon des écritures alternatives en sciences sociales

 

Épisode 7

Recherche et édition: regards croisés. Nos trois invité.es de cette émission questionnent les liens, fertiles, entre le monde de l’édition et celui de la recherche. Comment les écrits des universitaires peuvent sortir des publications académiques ? Pour quels publics ? Avec quelle écriture ? Avec:

  • Thomas Dartige, directeur éditorial du pôle « non fiction » à Gallimard jeunesse
  • Sarah Mazouz, sociologue au CNRS
  • Chloé Pathé, fondatrice d’Anamosa, maison d’édition qui a édité deux ouvrages de Sarah Mazouz, Race et Pour l’intersectionnalité


 

Épisode 6

Ethnographie sensorielle en question. Nos deux invités de cette émission sont réalisateurs et universitaires. L’un s’appelle Jeff Daniel Silva, chercheur, réalisateur, artiste, il encadre des ateliers cinéma documentaire à la Fabrique, centre d’expérimentations ethnographiques. Il vient de soutenir sa thèse « Sensory Ethnography from Practice to Theory » – ethnographie sensorielle, de la pratique à la théorie. Son dernier film a pour titre « L’ordre des choses ». Au long de sa carrière, il a exploré les questions de marginalités, les territoires d’ex-Yougoslovaie, et plus récemment Marseille, où tu il est installé depuis 2016.
Il a invité Alex Fattal, enseignant au département de communication de l’université de Californie, à San Diego. Alex est réalisateur de films documentaires sur les questions de post conflits en Colombie. Notamment Limbo, réalisé en 2019.
Cette émission est enregistrée en anglais. Vous allez entendre une traduction en français, réalisée avec l’aide d’Antoine Sourrieu et de Théo Bourdin.

 

Épisode 5

Plongée dans une journée d’atelier menée au studio Euphonia. Une dizaine de participants, doctorants et doctorantes en sciences sociales au Centre Norbert Elias, sont venu.es à la Friche pour se former à la création sonore, réfléchir aux enjeux de narration et de prise de son.
Aux côtés de Jean-Baptiste Imbert de Radio Grenouille et d’Ariane Guy de La Fabrique, ils et elles se sont présentées et ont exposées l’état de leur recherche, leurs questionnements et leurs attentes. C’était le premier jour d’une formation. Huit demi-journées pour apprendre, faire, ouvrir ses oreilles et mettre les mains dans le son. Pour continuer à questionner les liens et les ponts entre sciences sociales et création, voici un condensé de cette journée: présentations, écoutes & conseils techniques !

 

Épisode 4

Pour ce quatrième épisode, on continue d’explorer les liens entre recherche et création,  en s’interessant plus spécifiquement à la création de cinéma documentaire, côté production. Trois invité.es pour cette discussion:
 
– Elisabeth Pawlowski de Baldanders Films 
– Victor Ede de Cinéphage 
– Ariane Guy, coordinatrice du Salon des écritures alternatives en sciences sociales  
 
Avec des extraits de « L’homme a mangé la terre » de Jean-Robert Viallet (production Cinéphage) et « Le ventre de la montagne’ de Stephen Loye (production Baldanders)
 


 

Épisode 3

Le mois dernier, trois doctorante nous racontaient leurs expériences de recherche création, soit des projets à deux entrées:  l’écriture d’une thèse universitaire et la réalisation d’une oeuvre artistique qu’elle soit cinématographique, sonore, photographique, performative… Nous interrogions les difficultés pour une telle aventure; comment mener de fronts les deux activités quand on se lance dans la recherche ?  Pour ce troisième épisode, trois invité.es qui ont dépassé ce cap. Tous.tes trois ont soutenu leur thèse de recherche création il y a quelques années, sont donc une autre phase de réflexion et pourront nous apporter un recul critique et des retours d’expériences sur leurs aventures individuelles.
 
 –Lila Neutre, photographe. Première artiste française à obtenir un doctorat de l’école nationale supérieure de la photographie d’Arles en partenariat avec l’AMU. Ce travail, soutenu en 2017, s’intéressait à l’apparence vestimentaire comme instrument de lutte collective. Puis, Lila a travaillé pour le programme doctoral de l’école d’Arles. Actuellement, elle sort d’une résidence de onze mois à Romainville, soutenu par la fondation FIMINCO, un travail autour des masculinités en Seine-Saint-Denis.
 
– Manon Ott. En 2019, elle a soutenu une thèse de recherche création, entre sociologie et cinéma, à Université Evry Paris Saclay: « Filmer / chercher. Retour sur De cendres et de braises, un film de recherche dans une banlieue ouvrière en mutation », dans la ville des Mureaux. 
 
– Grégory Cohen, a également soutenu une thèse de sociologie à Evry Paris-Saclay, intitulée « Un cinéma de recherche entre fiction et documentaire : retour sur une expérience de film autour des relations filles-garçons avec des jeunes d’une cité HLM ». Son film s’intitule « La cour des murmures ». 
 

  

 

Épisode 2 

La parole est à trois chercheuses, toutes trois dans une démarche de recherche création.

– Aziliz Kondracki, en deuxième année de doctorat en anthopologie, sous la direction de Boris Petric. Etudiante au centre norbet Elias, à l’EHESS et au CNRS, elle travaille sur la circulation d’une marchandise culturelle en vous appuyant sur l’exemple de l’émission “Mariés au premier regard” en Pologne.

– Caroline Boé, doctorante au sein du laboratoire PRISM (Aix-Marseille-Université/CNRS) sous la direction scientifique de Christine Esclapez et la direction artistique de Peter Sinclair, son domaine de recherche concerne la pollution sonore, l’art relationnel et le web-art. Ses deux sites: ici et 

– Laura Taubman, a fini une thèse d’anthropologie et un documentaire de création, sous la direction de Boris Petric. Son intitulé: « Pas sage. Ethnographie filmée du lycée autogéré de Paris: rapports de force et enjeux éducatifs ».  

 

 

Épisode 1

Dans cet épisode, Boris Petric discute avec Jeremy Demesmaeker, metteur en scène, de la Cie Dodescaden qu’il codirige avec Laurence Maillot et Baptiste Buob, anthropologue et vidéaste.
Boris Petric, anthropologue et directeur de recherche au CNRS, a cofondé le salon des écritures alternatives en sciences sociales
Jérémy Demesmaeker et Baptiste Buob ont travaillé ensemble sur Les Maitres Fous Performance chorégraphique et dispositif filmique qui est programmé le 10 juin 2021 au MUCEM dans le cadre du salon des écritures alternatives en sciences sociales
On évoque Jean Rouch, son cinéma, leur spectacle-performance et la place de la recherche dans la pratique artistique. 
 

 
 
 
Réalisation et animation: Margaux Wartelle