Belsunce en Visages #1 : Vincent

Belsunce-0741-03

Crédit photo : Cyril Becquart

Belsunce en Visages est le nom d’une exposition proposée depuis le printemps dernier par le Théâtre de l’Oeuvre, théâtre aux vocations artistiques et sociales, établi 1 rue Mission de France. Un théâtre vieux de huit décennies, qui a retrouvé son dynamisme d’antan aujourd’hui. L’exposition, conçue et dirigée par Sarah Schreiber, coordinatrice artistique du lieu, met en lumière des récits de vie d’habitants de Belsunce. Des anonymes, militants, artistes, commerçants,… Certains sont nés dans le labyrinthe de Belsunce, d’autres viennent de s’y fondre après un chemin tortueux. Tous participent au patrimoine vivant du quartier. L’exposition Belsunce en Visages articule un texte à une photo portrait, nous proposons de mettre en ondes ces récits en révélant leurs voix.

Nous lançons notre série avec Vincent Beer-Demander, considéré comme le plus grand mandoliniste français. Il se produit aujourd’hui dans le monde entier aux côtés de musiciens comme Ricardo Sandoval, Roberto Alagna, Nana Mouskouri ou Agnès Jaoui. Des compositeurs de légende comme Claude Bolling ou Vladimir Cosma lui ont dédié des concertos.

Vincent Beer-Demander est toulousain. Après une enfance dans la capitale occitane, il effectue ses études à Paris, puis réalise son rêve : s’installer à Marseille. Il vit aujourd’hui à Belsunce, un quartier dont il parle avec autant de passion que de sa mandoline.  Nous nous sommes retrouvés sur son balcon, qui surplombe la place René Sarvil, dos à l’Alcazar. Commençons par répondre à une première question : pourquoi avoir choisi Marseille ?

Belsunce en Visages – Vincent Beer-Demander

Par Mario Bompart