Autour de John Cage – Une radio pour les oiseaux ?

Autour de John Cage

Du 4 au 10 février 2008

L’atelier de création Euphonia et Radio Grenouille participent à la manifestation An Open Cage (programme en ligne) : concerts, conférences et projections dans divers lieux à Marseille du 26 janvier au 29 février 2008.

John Cage (1912-1992), compositeur états-unien, poète, philosophe et spécialiste des champignons. On le connaît principalement pour le « perfectionnement » qu’il fit du piano préparé, l’introduction dans la musique du silence et des sons de la vie comme éléments musicaux à part entière, l’attachement au processus plutôt qu’au résultat, ainsi que l’effacement de l’auteur dont témoigne le recours au hasard pour ses compositions.

Tous les jours, le 88.8 FM se fend de fenêtres ouvertes sur la ville. Tous les jours également, à 9h30 et 15h30, on pourra écouter Pour les oiseaux, entretiens de John Cage avec le philosophe et musicien Daniel Charles. Et le 8 février à 13h30 verra la célèbre pièce silencieuse 4’33’’ recréée spécialement pour la radio.

En détails :

| Fenêtres ouvertes sur la ville

Au hasard de la programmation musicale quotidienne, des fenêtres sont littéralement ouvertes sur les sons de la ville. Quand le réel surgit à l’antenne et s’intercale à la musique structurée, des glissements s’opèrent entre bruit et musique, présence et absence, dans un mouvement croisé d’affirmation et d’effacement.
Réalisation : Xavier Thomas.


| Pour les oiseaux

Autour de l’année 1970, Daniel Charles, musicien et philosophe, a conduit une série d’entretiens avec John Cage publiés sous le titre « Pour les oiseaux » –Cage aimait dire qu’il était « pour les oiseaux et non pour les cages dans lesquelles les hommes les mettent »– réédité en 2002 aux éditions de l’Herne. Sur un ton de conversation très libre, sont évoqués des thèmes récurrents de l’oeuvre et de la vie du compositeur : sons, silence et musique, hasard, composition, anarchie…

Mise en voix : Etienne Noiseau (Daniel Charles) et Jean-Marc Montera (John Cage).
Musique : John Cage meets Sun Ra, 1986.

  • Pour les oiseaux #1 : piano préparé
  • Pour les oiseaux #2 : hasard, indétermination, carrés magiques et Yi King, structure et désorganisation, temps, durée et instant
  • Pour les oiseaux #3 : musique enregistrée, collaborations, happening et dé-centration de l’auteur, organisation sociale
  • Pour les oiseaux #4 : musique électro-acoustique, solfège « concret », non-hiérarchie des sons, gouvernement, usage de la technologie, poésie, composition de Silence
  • Pour les oiseaux #5 : émotions, indétermination et ouverture aux possibles, processus, autres compositeurs (La Monte Young, Riley, Feldman, Wolff), art conceptuel, expérience plutôt que idée
  • Pour les oiseaux #6 : Japon, bouddhisme zen, laisser-être, pédagogie, économie
  • Pour les oiseaux #7 : sexualité, systèmes, écologie, pouvoir, ordre, révolution

| Thé Dansant

Une heure de sons mélangés qui fait la part belle au piano préparé…
John Cage a été le « développeur » du piano préparé, technique consistant à placer des objets dans les cordes du piano afin de modifier ses sonorités. Boulons, vis, verre, plastique, caoutchouc, tissu lui permettaient de constituer tout un orchestre de percussions, une bibliothèque d’effets sonores très divers… Beaucoup d’autres musiciens ont aussi exploré ces techniques et les ont adaptées de façon personnelle.
Par Amélie Agut.


| 4’33’’ pour la radio

Créée en 1952 au piano par David Tudor, 4’33” est une oeuvre fondamentale pour comprendre la notion de silence chez John Cage. Pendant toute la durée de l’oeuvre, aucune note de musique ne viendra briser l’ambiance naturelle du lieu où l’on est venu écouter et c’est cela qu’on écoute. 4’33” est une oeuvre qui peut « être exécutée par n’importe quel instrumentiste ou combinaison d’instrumentistes et sur n’importe quelle durée ». Le 8 février 2008 à 13h30 a été créée la version de 4’33” pour la radio en présence du poète et traducteur de Cage Vincent Barras, qui a offert à la suite une performance d’un poème personnel intitulé umno(p).

Était également présent l’artiste sonore Cyprien Parvex de Collombey, dont on a écouté À propos de Cage, un portrait du compositeur réalisé à partir de ses oeuvres pour piano préparé et piano-jouet.

Par Etienne Noiseau.

Ressources :
4’33″ sur Wikipedia
Un essai (en anglais) sur 4’33″
Vidéo d’une interprétation de David Tudor au piano
Vidéo de l’interprétation par le BBC Symphonic Orchestra en 2004


| « Écrire, par hasard ? »

Pour terminer, les 15 et 16 février, l’Espace Ouvert d’Education Permanente propose un atelier d’écriture autour du hasard chez John Cage, animé par Sebastian Dicenaire.

Le monde est composé d’une infinité d’éléments complexes. Pour le penser ou le décrire, nous avons tendance à le simplifier, à le réduire à des couples d’opposés : quelque chose ou rien, le bruit ou le silence, le bien ou le mal, etc… L’œuvre de John Cage nous incite au contraire à laisser-être la richesse et la multiplicité du monde dans toute sa diversité. Selon lui, la meilleure façon d’écarter la tentation de la simplification consiste à recourir aux opérations du hasard. Lancés de dés, tirages à pile ou face, consultations du Yi King, c’est donc aux diverses techniques d’utilisation du hasard chez John Cage que nous allons soumettre notre écriture. Le temps d’un week-end, nous laisserons nos traditions littéraires au vestiaire pour nous laisser surprendre par le monde foisonnant et imprévisible du grand musicien et poète américain. Jusqu’à ce que les mots quittent les pages et se mettent à vibrer dans les airs, portés par nos voix. Jusqu’à ce que les textes personnels se transforment en partition collective à lire ensemble à voix-haute.

Sebastian Dicenaire est écrivain et performeur sonore (Bruxelles). Il a publié Döner-kebab en 2004 et Personnologue en 2006. Il anime régulièrement des ateliers d’écriture et de lecture-performance en Belgique et dans le Nord de la France.