Le son dans tous ses états

Une semaine de documentaires & de créations sonores avec Silenceradio, Ouie/Dire & Ousopo

 

Du lundi 28 juin au dimanche 4 juillet

dandelion

 

Un vent frais souffle sur la création sonore : il nous vient de Brest, Albi et Bruxelles.

Pour clore cette saison toutes voiles dehors, la Grenouille vous invite sur les ondes pour y découvrir ses coups de coeur parmi les sons complices de Silence Radio, Ouïe-Dire et Ousopo.

Du son sous toutes ses formes : micros voyageurs, mémoires et rites gastronomiques, prise de sons en robe des champs, histoires maritimes, jeux d’oreilles et portraits insolites en plein air…


Programme détaillé :

10h : « Berger d’Aubrac », par Jean-Léon Pallandre & Laurent Sassi. Portrait phonographique de Raymond Redon, dernier moutonnier de l’Aubrac, un homme en relation étroite avec ses bêtes et son environnement. Sa voix de roc résonne dans le contexte de la bergerie, à l’intérieur de la maison ou dans la profondeur du plateau. (Ouïe-dire)

15h : « Le filtre de Réalité », par eRikm et Erik La Casa. Instrument au centre de sa recherche et pièce maîtresse de toute sa vie, le Filtre de Réalité de Jacques Brodier sonde les ondes courtes qui parcourent l’ionosphère, rendant audible un monde parallèle peuplé de sons cosmiques, de voix débauchées et de bruits solaires. Portrait par deux artistes sonores expérimentaux d’un troisième. (Silence Radio)

« A pot calling a kettle back », par Andreas Bick. Ne pas se fier aux apparences sonores comme aux autres. Chaque son peut être le miroir déformant d’un autre et se faire trompe-l’oreille. De la même façon qu’une marmite peut se moquer du chaudron ou qualifier de noire une bouilloire. (Silence Radio)

00h : « Nuit », par Marc Pichelin. Composée sur la base d’enregistrements réalisés l’été dans le Lot, cette pièce est une exploration sonore au cœur d’un paysage de nuit, peuplé de grillons et de crapauds alythes. (Ouïe-dire)

10h : « Cochonnailles », par Kristof Guez & Marc Pichelin. « Cochonnailles » s’inscrit dans La Trilogie Gastronome, un projet artistique en trois volets développé en 2008, 2009 et 2010. Chaque année, Kristof Guez et Marc Pichelin sont accueillis sur le territoire du Quercy et du Rouergue par Derrière Le Hublot et les Services culturels de Figeac-Communauté pour traiter un sujet culinaire. Tant artistique que documentaire, cette carte postale sonore est à déguster à la maison sans modération. (Ouïe-dire)

« Ras le bol », par Martial Le Carrour. Détournement des trois p’tits chats : ambulance, ambulance… terre de feu-feu follet-lait de vache-vache de ferme. À compléter ad libitum. (Ousopo)

15h : « La poule », par Agnès Mathon. Picoti picota, la fermière te plumera. Des derniers moments du volatile au bouillonnement de la marmite : les étapes de la transformation d’une boule de plume en un savoureux rôti. (Ousopo)

« Fous de radio », par Maud Roubeaud. Il y a radio La Colifata en Argentine. Il y a quelque part dans le Nord de la France, une expérience similaire de radio en milieu psychiatrique. La moindre des chose est d’y écouter de plus près… (Ousopo)

« Fight Club », par La Cie du Lamparo. Prenez Marseille. Collectez quelques témoignages. Mélangez quelques rivalités anciennes de quartier. Mixez le tout par un DJ, Boris 51 par exemple. Enfin ajoutez-y un peu d’Ottis Redding et vous obtenez un Fight Club à la provençale. (Ousopo).

00h : « Dead man », par Alessandro Bosetti. Pour ressusciter, comment mourir et d’abord comment en finir avec la vie ? La femme d’un mort par Skype, le samouraï de l’amour par téléphone et l’être de chair ici-même s’interrogent en anglais avec un très fort accent français. (Silence Radio)

ᗙ « Air conditioner No. 8« , par Nick Sowers. De plus en plus, et parfois exclusivement, nos vies traversent des espaces dont l’acoustique est empreinte de la présence de climatiseurs, de réfrigérateurs et de ventilations qui, en masquant d’autres sons, uniformisent les plus divers paysages. Déconditionnons-nous de ces airs conditionnés. (Silence Radio).

« True Bromance », par Bérangère Maximin. Des gestes d’amitié entre hommes, surpris par l’attention d’une femme, font naître une pulsation d’énergie vitale, virile et virale, d’où se déploient intuitivement de multiples courants chauds. Une célébration de ceux qui s’aiment avec désintéressement et abandon. (Silence Radio)

« Midi-Minuit », par Pali Meursault. L’exploration nocturne du quartier du Midi, à Bruxelles, permet d’en mettre à jour les sons habituellement noyés dans les trafics et les populations diurnes, d’en grossir des détails, et de pénétrer les recoins protégés par les logos sécuritaires, où continuent de se dépenser des électricités insoupçonnables. La prise de son revêt alors des allures de science-fiction. (Silence Radio)

10h : « L’estofinade », par Kristof Guez & Marc Pichelin. Une carte postale sonore du Pays de l’Est-Quercy. « L’Estofinade », une recette emblématique du Rouergue et du Quercy, est aussi un paradoxe culinaire puisque sa matière première n’est autre qu’un poisson péché dans les mers du nord ! Outre l’aspect traditionnel, voire folklorique de ce plat, les artistes se sont aussi intéressés au développement du tourisme gastronomique particulièrement important dans ces départements. Tout en s’inscrivant dans la tradition française des cartes postales de recettes, K. Guez et M. Pichelin offrent une approche documentaire et poétique de ce sujet. (Ouïe-dire)

« Au Lamparo, A l’ancienne Academy », par La Cie du Lamparo. Sardine fraîche, corne de brume et la toujours fameuse « Catarinetta bella Tchi Tchi ». Patchwork polyphonique au rythme des accents de Marseille et de vieilles chansons mêlées d’Occitan (Ousopo)

15h : « Stromboli, un volcan sur la mer », par Irvic D’Olivier. 400 habitants vivent et travaillent au pied d’un des volcans les plus actifs d’Europe. Des indications d’une intense activité du magma souterrain se confirment. Plusieurs fois par heures, le cratère respire, se charge et explose dans un grand panache. Symbole de vie et de mort, métaphore de la création et de la destruction, le volcan nous confronte à nous-mêmes et à nos peurs. (SilenceRadio)

00h : « Barmaz ou Bali », par Kaye Mortley. Un son familier a parfois l’étrangeté de nous transporter au-delà de l’ici et maintenant. L’air de rien, il convoque l’exotisme, en poussant la rêverie jusqu’à l’hallucination auditive, qui transforme sonnailles bovines en gamelan indonésien. (Silence Radio)

« Tacot », par Jean-Léon Pallandre, avec l’association MICRO. Cette Carte Postale est un voyage sonore, à l’écoute de l’empreinte laissée, dans le paysage comme dans la mémoire des habitants, par le premier chemin de fer qui reliait Roanne à Vichy au début du siècle. La composition se développe en un questionnement progressif de l’écoute qui est partagée dans ces lieux avec ces personnes. (Ouïe-dire)

9h40 : interview avec Marc Pichelin, de la compagnie d’art sonore Ouïe-dire.

10h : École pirate – part 1, une co-production Acsr, RTBF (Première) et ARTE Radio.com, par Christophe Rault & Fabienne Laumonnier. Septembre 2008, Limerlé, petit village des Ardennes belges. «Pédagogie nomade», premier lycée public autogéré de Belgique, ouvre ses portes. Une école fondée sur l’autogestion et l’autonomie, pour redonner aux ados l’envie d’apprendre. Christophe Rault et Fabienne Laumonier ont suivi sa première année d’existence. Tensions du quotidien et éveil d’une utopie… (Acsr)

15h : « Si on était côte à côte », par Déborah Gros. Semi-remorques et mots croisés, entre péages et restaurants routiers, immersion dans la vie d’un couple on the road again. (Ousopo)

00h : « L’effraie« , par Yann Paranthoën. Dans l’attente du cri de la chouette, près d’une ferme en Bretagne, des voix plurielles, françaises/bretonnes, évoquent les légendes liées à ce rapace nocturne. Cette œuvre d’un des maîtres du langage « haut-parlant » est une commande de l’INA. (Ouïe-dire)

10h : « Les restent », par Hélène Mathon, Marie Grout et Agnès Mathon. Souvenirs d’une bonne de campagne dans le Gers. Ou comment, dans une France des notables de province, la domesticité était affaire de distinction et de soumission. Relations ambiguës pétries de paternalisme et de distance entre des femmes d’un même monde dans les huis clos du quotidien. (Ousopo)

15h : « Bienvenue aux assedics », par Éric Godement, Alexandra Josse & Isabelle Soria. »Bienvenue… ». Bienvenue à l’écoute de ces boîtes vocales administratives, au royaume de la voix synthétique, quand le travail se fait rare et qu’il faut toujours garder patience… (Ousopo)

« Les hauts parleurs à Cannes » par François Pringue, & Stéphane Reine. And now, ladies and gentlemen… Les Hauts-Parleurs sur les marches du Palais, sous un parasol du Beach Bar, sur la plage. Stars à discrétion et interviews exclusives. La mythologie du cinéma à la radio. (Ousopo)

00h :  » Laurent Maïs » par Sebastian Dicenaire, avec la voix de Vincent Tholomé. Le radiogénique Laurent Maïs reçoit notre équipe devant son écran plat. Il témoigne comment dans un champ de télé-réalité transgéniquement modifiée il a rencontré l’amour. Laurent Maïs est un des huit Personnologue. (Silence Radio)

« Untitled #242″, par Francisco Lopez. Fondu au noir total, pour un colin-maillard sonore. S’abandonner au flux. Lâcher prise. Prêter l’oreille. La tendre, encore et toujours. (Silence Radio)

10h : « Fous de Radio », par Maud Roubeaud

« Ras le bol », par Martial Le Carrour

15h : « Stromboli, un volcan sur la mer », par Irvic D’Olivier.

17h : « Le phare des Roches Douvres (1/2) » par Yann Paranthoën.Une pièce radiophonique de Yann Paranthoën, réalisée en 1996, éditée en 2005.Réalisée pour France Culture et diffusé à la radio en décembre 1996, cette émission est une œuvre majeure. Elle met en évidence la richesse du langage sonore que s’est inventé Yann Paranthoën au cours de sa longue carrière. Une version longue et complète de cette œuvre où Yann Paranthoën est allé à la rencontre des derniers gardiens du phare des Roches Douvres situé en pleine mer. Un regard sensible porté sur la vie de ces hommes solitaires. (Ouïe-dire)

00h : « Le filtre de réalité », par eRikm et Eric La Casa.

10h : « Si on était côte à côte », par Déborah Gros.

15h : « La poule », par Agnès Mathon.

« Fight Club », par La Cie du Lamparo.

17h : « Le phare des Roches Douvres (2/2) », par Yann Paranthoën.

« Au Lamparo, A l’ancienne Academy », par La Cie du Lamparo.

23h : « L’effraie », par Yann Paranthoën.


Merci à :

L’Atelier de Création Sonore et Radiophonique de Bruxelles, Ouïe-dire, Ousopo, et à tous les auteurs de ces structures. (Textes extraits de leurs sites respectifs).


A visiter également :

ADDOR : association pour le développement du documentaire radio

Aucun article lié