Marseille-Bruxelles

Si loin, si proche, Marseille-Bruxelles ?

Du 26 au 28 octobre 2007

Reportages, musique, cinéma radioguidé, débats…

Coïncidences, affinités, points communs ? Ces derniers temps notre quotidien marseillais rencontre régulièrement Bruxelles, ses artistes et ses activistes.

Si régulièrement que nous décidons à quelques-uns de nous réunir le temps d’un week-end pour parler de Bruxelles, en découvrir une certaine scène musicale, et en tirer un fil commun à Marseille : la gentrification des deux villes.

Entre L’Embobineuse à la Belle de Mai, La Compagnie à Belsunce, le Festival Radiophonic à Bruxelles, la compagnie Ici-même entre les deux territoires et les ondes batraciennes, se tricotent 3 jours de sons, de discussions et d’images.


Par Anouk Batard

Emission Speciale Gentrification

« Revitalisation », « réhabilitation », les termes diffèrent mais l’objectif reste le même : transformer des quartiers populaires en petits Manhattan bien propres et luxueux.

Emission spéciale autour de ce que les sociologues appellent « gentrification », à l’occasion du cinéma radioguidé d’Ici-même à Belsunce et dans le quartier bruxellois des Marolles; et de la projection à l’embobineuse de deux films qui décortiquent la gentrification rue de la république à Marseille et au quartier Midi à Bruxelles.

L’émission tente de décrire les dessous de la gentrification, et de sortir de la langue de bois pour nous interroger sur le rôle de la culture dans ce processus.

Les artistes installés dans des quartiers populaires comme la Belle de mai ou Belsunce ne sont-ils pas, malgré eux, gentrificateurs ?

Invités:

  • Gwenael Brëes, un des programmateurs du cinéma Nova à Bruxelles, réalisateur d’un film autour du quartier de la gare du Midi: Dans dix jours ou dans dix ans.
  • Paul Erika, marseillais d’origine, qui vit à Bruxelles, et est réalisateur d’un documentaire intitulé les indésirables de la rue de la république, film qui a bien sûr été tourné à Marseille.
  • Corinne Pontier, du collectif d’artistes Ici-même , qui proposait et reproposera un cinéma radioguidé à Belsunce et dans le quartier bruxellois des Marolles.
  • Vincent Bonnet de la Compagnie , cet atelier d’artistes implanté à Belsunce qui propose des ateliers artistiques et qui est partenaire de longue date d’ici-même.
  • Martine Derain, qui travaillait auparavant à la compagnie et participe actuellement à une recherche-action pour la participation des habitants dans le projet de réhabilitation de la rue de la république.

Entre indifférence et intervention, un reportage dans le quartier des Marolles à Bruxelles.

Diffusé le dimanche 28 octobre à 13h
Années 2000. Les Marolles sont soumises à ce qu’on appelle « la gentrification » : de nouveaux habitants plus fortunés, séduits par le caractère pittoresque et bon marché du quartier, y élisent domicile, modelant peu à peu le paysage local à « leur image ». Ils cohabitent pourtant avec d’autres gens, laissés pour compte, pour lesquels les Marolles ont traditionnellement été le refuge. Comment se repose aujourd’hui la question de vivre avec son prochain ?

Réalisation : Etienne Noiseau

Diffusé les samedi 27 et dimanche 28 octobre à 14h sur les ondes
Have a dream dans la folie (encore) du collectif Ici-Même [Grenoble]
Après un séjour dans les deux territoires, le collectif Ici-Même a écrit une pièce radiophonique, Have a dream – Cinéma radioguidé. Elle sera diffusée sur les ondes simultanément à Marseille et à Bruxelles. Elle propose à des auditeurs convoqués dans l’espace public de devenir les acteurs à part entière d’une situation improbable. Le radioguidage travaille des formes d’action collective et individuelle, de dérive organisée, de regroupement et de dispersion : c’est une contamination de l’espace public médiatisé par une radio locale.

Rendez-vous à 13h45 samedi 27 et dimanche 28 octobre (attention au changement d’heure) Place Bernard Dubois (à Belsunce, à l’angle de la rue des Petites Maries et de la rue Bernard du Bois, Métro Gare Saint-Charles)
Si vous avez des radios portables avec oreillettes, apportez-les et calez-vous sur Radio Grenouille 88.8FM, nous prêtons aussi des radios sur place. Présenté par Radio Grenouille / Euphonia, en co-production avec Lieux Publics et en partenariat avec la compagnie, et le Festival Radiophonic (Atelier de Création Sonore Radiophonique)

choux

Radia148 par Massy & Godeberge.

Dans ce numéro 148 de Radia, on saute d’un enregistrement à l’autre, tous les deux faits simultanément à environ 1000 kilomètres de distance. C’était le 28 octobre 2007 entre 21h et 21h20.

Sur le thème de la contamination, la création a été animée, guidée, modifiée et transmise en direct de Bruxelles par Tonic Train, Dinahbird, Tetsuo Kogawa, la Brocante sonore, Anton Aeki et Radio Pinzani.

Dans un studio à Marseille, Stéphane Massy et Eddy Godeberge (avec Sébastien Géli à la technique) ont joué quelques chansons.

Dans une chapelle à Bruxelles, un public les a entendues par la sonorisation et la radio.

Voici à peu près ce qui s’est passé mais au début cela ne fonctionnait pas bien. Alors Bruxelles et le monde entier attendit, en comblant inconsciemment le vide. Tandis qu’à Marseille, les artistes ne s’en préoccupaient pas, ils jouaient et s’adressaient simplement à eux.

Jusqu’à récemment, Stéphane Massy et Eddy Godeberge animaient une émission mensuelle sur Radio Grenouille, ‘le Son du mois’ : une sorte de magazine d’actualités fabriqué en direct avec des blagues, des chansons et pas mal de médisance.

Heureusement, ils jouent toujours leur musique en concert et sur des disques, sous le nom de Tante Hortense, et dirigent le label très smart Les Disques Bien.

Radia 148 est produit et monté par Etienne Noiseau, dans le cadre de Radioactive Radiophony, une émission de 4 heures par le réseau Radia au festival Radiophonic.

Avec les contributions à distance, envoyées par streaming, de Rádio Zero (Lisbonne), Radio Corax (Halle), Lemurie TAZ (Prague), Backyard Radio (Berlin), Resonance104.4fm (Londres), free103point9 (New York) et… Radio Grenouille (Marseille) qui a envoyé une performance particulière de l’équipe du Son du mois, Tante Hortense et Eddy Godeberge.

Diffusé le vendredi 26 novembre, de 17 à 19h

Deux heures d’antenne sur la scène musicale belge et les lieux où elle se vit, avec les musiciens bruxellois invités par l’Embobineuse. Pneumatic Head Compressor, Pierre Normal, Poborsk


Et au fil de l’antenne des reportages sonores « La République vue par », promenades avec des habitants de la rue de la République à Marseille. A l’Embobineuse des concerts et des projections de films documentaires. Au Festival Radiophonic des expériences sonores.