Résidence Fabrice Cesario – Concert

Concert de fin de résidence,

Euphonia,11 juillet 2007, 17h30.

Cesario 1

Cesario 2

cesario

Officiellement, Fabrice Césario était en résidence à Euphonia depuis le mois d’avril pour préparer un concert à Mains d’Œuvres, le 18 juillet 2007, dans le cadre de Grenouille Capitale. Officieusement, il s’est employé à éventrer, disséquer – pour ne pas dire charcuter – une bonne demi-douzaine de poupées et de jouets enfantins soi-disant inoffensifs, mais qui, après être passés dans ses mains, se sont mis à montrer – pour ne pas dire cracher – leurs vrais visages d’une effrayante réalité.

C’est en effet lors de cette résidence que Fabrice, introduit au circuit-bending par Andy Bolus (Evil Moisture), a véritablement entrepris d’ajouter des jouets déglingués à son instrumentarium habituel. Fabrice Césario est un perturbateur qui sème son grain dans les machines bien huilées que nous offre le marché. Plutôt que de se laisser dompter par la technologie, il cherche à en faire l’instrument de son expression en la déréglant, en construisant sur ses défauts et ses limites.

Au cours de ses deux mois de résidence, Fabrice aura également enregistré un nouvel album de Laps (duo avec le peintre Brice Quaranta), fait la création sonore de la pièce Trois petits cochons mise en scène par Laurence Janner au Badaboum Théâtre, collaboré avec la poétesse Emy Chauveau pour deux performances (Léda Atomica Musique à Marseille et Galerie Sug’art à Cannes), mené une séance de travail sur l’improvisation avec des jeunes diplômés des Beaux-Arts de Marseille et enregistré un solo de synthé monophonique. C’est dire s’il s’évertue à déplacer sans cesse son action artistique. Extraite souvent d’un « geste raté » – raté mais répété, « systématisé », sublimé – la matière sonore que fait sourdre Fabrice de ses instruments n’est detinée à devenir musique que par l’accord de notre écoute. Tâchons que celle-ci soit ouverte et qu’elle continue de s’ouvrir.

Après avoir accueilli Fabrice quelques jours en 2006 pour la construction d’un numéro de Radia, nous étions heureux de pouvoir lui offrir un espace d’expérimentation sur une période plus longue grâce à cette résidence.

Une résidence accompagnée par Etienne Noiseau